OVL  lettre  "Q"

 

quiche 1 (une) (français) (dit "mot lorrain") (3 avril 2020) = sorte de tarte  salée.

Dauzat dit: " de l' alsacien küche  (allemand kuchen) = gâteau".

C'en est trop ! Que le prochain soi-disant "savant" qui utilise cette préposition "de" qui indique l' origine", à mauvais escient, soit, une fois pour toutes, mis au ban de la communauté de ceux qui pensent  (minuscule communauté par les temps qui courent !).

Car pourquoi faut-il que ces soi-disant  "savants" affirment qu' un mot d'une région "provient d' une autre région voisine ou même éloignée; voir le vocabulaire des soi-disant linguistes  "emprunté  au latin", "emprunté à l'arabe", etc...  comme s' il n' existait que les mots inscrits dans les livres ! Je le répète pour la millième fois: ce que nous connaissons des langues anciennes ne représente qu' une infime fraction de ce qui existait

Dauzat aurait dû dire: Il y a un mot lorrain régional  "quiche" qui désigne une tarte salée. A comparer à l' alsacien kuche (all: kuchen) = gâteau.  Par conséquent, il y avait, depuis très longtemps, un mot du parler lorrain "quiche" qui signifiait "tarte salée".

Il faut remonter  à la langue védique pour connaître son origine réelle:

Toutes les nourritures possèdent comme concept linguistique:  qui  fait aller en avant OU qui fait assembler vers l' avant, car la vie (la marche vers  l' avant) nécessite obligatoirement de consommer OU de consumer, comme le disent les Indiens.  

Un exemple de ce concept est:  K-yatsa = qui assemble (K)  vers l' avant (yatsa)  == K-itsa  >  K-ish.

Voir angl: kit.

 

C : Le paradigme K-yatsa  / k-itscha  = qui assemble  au loin / vers le haut,  est  évidemment très prolifique dans le monde :  amérindien : quechua  = à la fois langue (qui assemble avec l’ autre) / qui assemble  en haut des montagnes / qui assemble vers la lumière (du soleil).

 angl : to guess = deviner.

ketch = navire, quetsche = prune  (concept du fruit), etc...

 

quiche 2 (une)  (français pop) (3 avril 2020)= un ou une maladroite, un nul

Cette phonétique peut sembler le contraire du mot qui précède.  Cette ressemblance provient  de la prononciation  du phonème de l' immobilité redoublé  t-t  > ts.

Dans quiche 1, l' élément  /itsa/  provenait  du morphème  ya-atsa  = aller /faire (ya) vers l' avant (atsa  <  at-ta  = non-immobile), alors  que dans quiche 2, il  y a l' élément  /tsa/  qui indique seulement  l' immobilité / la destruction /  la négation.

quiche 2   < Ki-tsa = qui n' assemble  (Ki) pas  (tsa) = qui ne réussit pas, puisque, dans la mentalité ancienne, assembler = réussir (voir verbe sanskrit  Ṛ).

Voir  kitsch.

 

C: il est fascinant de constater qu' il existe le même phénomène avec le mot français: tarte !

 

C : il est encore plus fascinant de constater que la négation « tsa » est présente dans la partie du langage (français)que l’ on classe habituellement dans les catégories  onomatopéiques : «  ts ! ts ! »  est utilisé pour exprimer son désaccord.  Il s’agit là d’une constante : la plupart des soi-disant mots d’ origine onomatopéique sont en fait des étymons, d’origine védique. Dans l’ état actuel de la Science, on ne peut que parler d’ un héritage linguistique très ancien  transmis, dès la petite enfance, par les parents  et l’entourage...

Comment également expliquer par les fumeuses théories indo-européennes, que la fameuse mouche tsé-tsé, dont le nom exprime si bien l’ immobilité, soit un mot du langage Sechuana en Afrique Australe (dixit Dauzat)...

 

QUITTER  (français) (3 avril 2020)

Voir  angl: a kit.

Anc. FR:  faire le guichois  == G-itsa == K-itsa == K-itta.