15- correctif des ouvrages déjà publiés

17 juillet 2013: correction à mon extrait de livre sur les correspondances noms français / noms gaulois (volume 8):
en face des noms français Alizon, Alison, Alleton, Alzon  inscrire comme nom gaulois: Alletinos = qui frappe l' oeil, et effacer le nom que j' avais tout d' abord inscrit.

 


11 décembre 2012: volume 5

correction à la page 129, rajouter:

D' autre part, un des sens du mot Yama TB-736 est "maîtriser, mener (un cheval par la bride et les rênes)", etc...

Cette conception dérive de deux observations quasi naturalistes: 

- la germination, la grossesse chez la femme, la chrysalide, le cocon et de multiples autres exemples de mûrissement "enfermé".

- le cycle de la vie et de la mort, LE TEMPS, qui nous enferme dans une boucle sans fin. La roue des réincarnations est bénéfique car elle déjoue la Mort, mais on ne peut en sortir.

+ correction page 75: rajouter à l' entrée liciatim: "voir page 129".

 

 

6 décembre 2012: volume 5 

correction à la page 66

L' entrée Frontu(s) de l' inscription de Naintré, Vieux-Poitiers: je terminais sur ..."Orontês est peut-être voisin, ce qui indiquerait un rapport avec les eaux." Je pense que l' on peut rattacher ce théonyme à Fons OU Fontus, dieu des sources à Rome (PG-160). 

 

correction à la page 130

Dans le tableau des "relations entre cosmogonies hindoue, gallo-romano-grecque et chrétienne", j' ai inexcusablement oublié Indra, le grand Dieu indien. On doit le joindre à Vishnu et Skanda.

Ce trio de dieux indiens, censés représenter la pensée et les qualités humaines, fait nettement penser à une analogie entre le macrocosme de l' Histoire humaine et le microcosme d' une vie à l' échelle d' homme.

Skanda OU Kumâra est un premier dieu de la guerre, mais son nom signifie "le Sauteur" OU "Jet de sperme" (AD-452) et  "l' Enfant" (kumâra TB-195). C 'est le peuple Dravidien débutant, vénérant Shiva et Agni, et surtout brillant pour soumettre par la force les hommes. Il n' est pas encore sur la voie qui mène à la sagesse.

Mais c'est aussi l' enfance et l' adolescence dans une vie d' homme: l' insouciance, l' égoïsme et l' aveuglement.

Indra est à la fois terrible, puissant et viril; mais il possède du discernement. Il a appris a maîtrisé sa pensée. "Ses exploits sont de type nettement guerriers" (MEI-320). "Il est l' inspirateur de nombreuses sciences" (AD-176).

C 'est l' Age d' or de la civilisation dravidienne à la fois brillante sur le plan guerrier, mais qui développe aussi une culture religieuse, philosophique et scientifique extraordinaire.

Mais c' est aussi l' âge de l' action dans une vie d' homme. L' âge le plus plaisant, celui de l' amour, de la procréation et de l' établissement de la famille.

Vishnu est l' esprit des Dravidiens qui atteint l' immortalité des  dieux, à force d' ascèse et de rites; et grâce à la puissance de leur esprit. Vishnu guide l' Humanité depuis le ciel.

Mais c' est aussi  l' homme mûr qui a accompli sa vie matérielle et qui se tourne vers  la recherche de Dieu, loin des turpitudes humaines.

Ce découpage de la vie en âges (yugas) est un concept très présent dans l' Inde ancienne. Ce dernier âge de la vie, tourné vers la recherche de Dieu et la recherche de la Vérité, est  une constante chez les hommes et les femmes européens, au moins jusqu 'à la période moderne (qui débute au XVIè s). Les seules biographies que nous ayons, sont celles des rois et des reines et ils sont légions ceux et celles qui finirent leurs jours en prière: Dagobert Ier, Louis IX, etc... On peut bien sûr y voir une préparation au jugement divin de la mort, mais il y a de nombreux exemples de "nouvelle naissance à la vie spirituelle" d' hommes ou de femmes aux alentours des quarante-cinq ans, qui ne sont pas dans les affres de l' approche de la mort, mais plutôt sous l' influence des traditions indo-européennes.

En plus du macrocosme et du microcosme dont je viens de parler, il paraît également probable qu' il y a un "âge" de ce dieu à trois facettes: Skanda est un dieu très ancien, Indra est peut-être apparu après lui ou du moins leurs identités se sont-elles rejointes plus tard. Et Vishnu n'est pas encore un dieu de premier plan dans les Vedas (MEI-323), il ne devient cette divinité omniprésente que plus tard.  Ce trio divin représente peut-être l' évolution d' un même dieu à travers les âges.  

En Europe, à la fin de l' époque gauloise et à l' époque gallo-romaine, c' est Indra-Mars qui est surtout vénéré. Le pendant européen de Vishnou, sera Mitra (dont le culte en Europe est très important) , puis  dans les siècles suivants, viendra Jésus.   

Mars-Arès est de manière évidente Indra. « Indra est l’ appui des guerriers, il est le protecteur de leur caste » (MEI-320).

 

volume 4:

-page 4, en bas: au lieu de (voir chapitre x de la 1ère partie) LIRE (voir chapitre I du volume 1)

-page 68 (premier tiers) et page 88 (milieu): au lieu de dissimilation LIRE métathèse

(depuis le début de mon apprentissage de ces deux phénomènes linguistiques, il y a plusieurs années, j' ai utilisé le mauvais mot, probablement parce que dans dissimilation, il y a la particule dis- qui indique un mouvement. 

Il est entendu qu' une métathèse indique un déplacement de consonne dans une syllabe. Alors qu 'une dissimilation indique une différenciation de deux phonèmes qui se ressemblent dans un même mot. dissimilation = *dissimilitude ou différenciation)